L'actualités de chez nous

XVIIe sommet de la Francophonie : l’élection de la secrétaire générale en ligne de mire.

« Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanitaires et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone », c’est sous ce thème que se tient les 11 & 12 octobre 2018 à Erevan en Arménie, le XVIIe sommet de l’Organisation Internationale de la francophonie. Cette rencontre des chefs d’Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage sera marquée par l’élection du Secrétaire Général de l’organisation. Deux candidates sont en lice, la sortante, Michaëlle Jean et la ministre rwandaise des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo.

Le thème de ce XVIIe sommet sera occulté par l’élection de la secrétaire générale avec deux candidates sur la ligne de départ. Michaëlle Jean, candidate à sa propre succession et la ministre rwandaise des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo. Cette élection s’annonce très serrée et beaucoup attendue. La sortante, canadienne de nationalité, 61 ans a le soutien de son pays et du Québec,  tandis que la candidature de son adversaire est portée par l’Union Africaine et ses 29 pays membres de l’OIF.

Michaëlle Jean, candidate à sa propre succession

Louise Mushikiwabo a aussi le soutien de la France, un soutien qui n’est du goût de certains français. Quatre anciens de la francophonie ont dénoncé cette position du Président Macron. Des voix s’élèvent également pour critiquer la candidature de la ministre rwandaise des affaires étrangères. Le Rwanda ne prône pas toutes les vertus véhiculées par la francophonie notamment en matière des droits de l’homme. Aussi, le Rwanda a remplacé en 2008 le français par l’anglais qui devient ainsi la langue obligatoire à l’école. Le pays de Paul Kagamé a aussi rejoint le Commonwealth, l’équivalent de la francophonie chez les Anglais. Pour toutes ces raisons, certains pensent que Louise Mushikiwabo ne devrait pas diriger l’Organisation Internationale de la Francophonie. Malgré tout, la candidate de l’Afrique, âgée de 57 ans garde toutes ses chances dans cette élection au regard du poids du continent africain dans cette organisation et du soutien de la France, qui semble ne pas se satisfaire du bilan de Michaëlle Jean.

Louise Mushikiwabo, candidate de l’Afrique

L’OIF dont le siège est à Paris en France compte 84 pays membres pour environ 274 millions d’habitants. Son XVIIe sommet se tient cette année à Erevan en Arménie sous le thème : « Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanitaires et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone ».

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.