L'actualités de chez nous

Terrorisme au Burkina : 14 morts en une semaine dans les rangs des FDS

La semaine qui vient de s’écouler a été très meurtrière pour les forces de défense et de sécurité du Burkina Faso. En effet, entre mercredi et samedi, 14 éléments ont été tués dans le Nord, le Sahel et à l’Est du pays. Ils ont trouvé la mort sur le chemin de la lutte contre le terrorisme.

Certaines régions du Burkina Faso sont-elles entrain de tomber entre les mains des terroristes ? La question même si elle est sans réponse pour le moment vaut tout son pesant d’or au regard de la fréquence des attaques terroristes avec leurs morts. Rien que la semaine dernière, entre le 3 et le 6 octobre, 14 éléments des forces de défense et de sécurité ont été tués. Tout a commencé dans la nuit du mercredi à jeudi où des hommes lourdement armés ont attaqué le poste de gendarmerie d’Inata dans la province du Soum, frontalière du Mali. L’attaque a fait un gendarme tué. Il a fallu une intervention aérienne de la force barkhane pour qu’ils prennent la clé des champs. Dans la matinée du jeudi, un véhicule avec à bord des militaires saute un engin explosif entre Gayéri et Foutouri à l’Est, faisant 6 morts. Le lendemain vendredi, entre Sollé et Titao au Nord, un véhicule de la police saute également sur une mine artisanale. Le bilan est aussi lourd, 6 policiers y ont laissé leur vie. Le samedi, alors qu’il participait à une mission conjointe des armées burkinabè et française, un capitaine est tué dans l’explosion de son véhicule qui a sauté sur un engin explosif.

Le MDL Frédéric Kaboré décoré avant d’être inhumé

En l’espace de 4 jours, ce sont donc 14 militaires, gendarmes et policiers qui ont été tués par ces hommes sans foi ni loi. En dépit des actions de l’armée burkinabè sur le terrain, la situation va de mal en pis, d’où la question de savoir si le Burkina n’est pas entrain de sombrer. Le premier ministre, Paul Kaba Thiéba lors d’un exposé à l’assemblée nationale le mois dernier, avait laissé entendre que l’armée burkinabè manquait de moyens logistiques assez importants dans sa lutte contre le terrorisme. Les députés pour venir en aide aux FDS ont lancé un appel à des souscriptions volontaires du peuple burkinabè, après avoir chacun promis la somme d’un million de FCFA, soit au total 127 millions. L’opposition a aussi lancé une cotisation volontaire, non sans appeler au limogeage pur et simple des ministres, Jean Claude Bouda de la défense, et Clément Sawadogo de la sécurité, qu’ils accusent d’incompétence dans une situation qui commande pourtant de la réactivité et de l’imagination. Les responsables coutumiers et religieux de leur côté, ont organisé le samedi 06 octobre sur l’ensemble du territoire national, une journée de jeûne et de prières pour la nation burkinabè. Les regards sont désormais tournés vers le président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré pour des décisions courageuses à prendre. Sur le terrain, les forces de défense et de sécurité poursuivent leur mission tant bien que mal. Depuis quelques jours, une vaste opération est menée dans la forêt de l’Est pour nettoyer les bases de ces terroristes, une mission en collaboration avec l’armée française.

Les identités des hommes tombés la semaine dernière

  • Dans les rangs de la police suite à l’explosion de leur véhicule sur l’axe Sollé-Titao au Nord, le vendredi 5 octobre.

Assistant Kaboré Ousseni;
Assistant Compaoré Ousseni Y ;
Assistant Kaboré Ali;
Assistant Neya Beli;
Assistant Kamouba Biélemi;
Assistant Kéré Ali.

Attaque de la gendarmerie d’Inata dans la nuit du 3 au 4 octobre

MDL Frédéric KABORE

Dans les rangs des militaires dans l’explosion de leur véhicule jeudi matin sur l’axe Gayéri-Foutouri à l’Est du Burkina.

Sous lieutenant TENKODOGO David du 34e région inter arme de Fada N’Gourma, né le 24 octobre 1994 ;

Caporal SOMBIE Yacouba du 31e région inter arme de Tenkodogo, né le 10 octobre 1990 ;

Caporal YARO Hamidou du 31e région inter arme de Tenkodogo, né le 05 septembre 1988 ;

Soldat de 1re classe Traoré Souleymane de la garde nationale, né le 25 février 1988 ;

Soldat de 1re classe YANOGO W. Romuald du 31e région inter arme de Tenkodogo, né le 15 mars 1994 ;

Soldat de 1re classe SIMPORE Maxime du 31e région inter arme de Tenkodogo, né le 14 avril 1994.

Le samedi 06 octobre,

Capitaine Gambo dans l’explosion de son véhicule à l’Est.

Le jeune capitaine Gambo, ici lorsqu’il était lieutenant

 

La Rédaction.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.