https://talkasurvey.com https://arbysfeedbacksurvey.com https://chipotlefeedbackz.com https://feedkfcbacks.com https://ijacklistens.com https://lowessurveyz.com https://mybkexperiencex.com https://mycfavisites.com https://talktoihopz.com https://talktosonicz.com

Semaine des victimes : Pour une justice équitable – KITA KURU

L'actualités de chez nous

Semaine des victimes : Pour une justice équitable

Dans le cadre des activités de la semaine des victimes organisées par la Coalition malienne des défenseurs des droits humains (COMADDH), Me Alou Keita a animé une conférence sur la Commission Vérité, Justice et Réconciliation(CVJR) à la Maison de la presse de Bamako en présence de personnes journalistes. La CVJR dit avoir pour mission de contribuer à l’instauration d’une paix durable à travers la recherche de la vérité, la réconciliation et la consolidation de l’unité nationale et des valeurs démocratiques.  Selon le conférencier Me Alou Keita « Les enquêtes de la CVJR sont des enquêtes non judiciaires. Elles ne visent pas à établir des responsabilités individuelles ou à rechercher des auteurs pour des fins de poursuites pénales. Elles visent plutôt à corroborer et/ou à compléter les informations de certains « Cas emblématiques »  des violations comprises dans le mandat de la CVJR, afin d’appuyer les interprétations et les recommandations de son rapport final ». M. Keita a expliqué aux participants que la CVJR est chargée  d’enquêter sur les cas de violations graves des droits de l’homme individuelles et/ou collectives commises dans le pays, et spécifiquement celles commises à l’égard des femmes et des enfants, de mener des enquêtes sur les cas d’atteinte à la mémoire individuelle et/ou collective et au patrimoine culturel, d’établir la vérité sur les violations graves des droits de l’homme et les atteintes aux biens culturels ci-dessus cités, en situer les responsabilités, et proposer des mesures de réparation ou de restauration, de créer les conditions de retour et de la réinsertion sociale des personnes réfugiées et déplacées, de favoriser le dialogue intra et inter communautaire, la coexistence pacifique entre les populations, et le dialogue entre l’Etat et les populations, de promouvoir auprès des communautés le respect de l’Etat de droit, des valeurs républicaines, démocratiques, socioculturelles et du droit à la différence, de faire des recommandations dans le domaine de la prévention des conflits. Pour ce qui concerne les dépositions des victimes, le conférencier a précisé que les antennes régionales ont commencé à prendre les dépositions des victimes et témoins le 3 janvier 2017. Et que ce travail, permet de recueillir des informations essentielles pour les travaux d’analyse et d’investigation. Les victimes se sont pour l’essentiel déplacées vers les antennes afin de procéder à leurs dépositions. Par ailleurs, des équipes mobiles ont été déployées dans les zones les plus reculées et dans le camp de réfugiés de M’berra (Mauritanie). A la date du 4 novembre 2019, 15396 dépositions ont été recueillies dans les antennes/bureau et auprès des équipes mobiles. Ainsi, pour une meilleure approche dans la collecte et le traitement des dépositions, la CVJR a mis en place une base de données, grâce à l’appui de la MINUSMA et d’ASFC. Dans le cadre de la recherche de la vérité, la CVJR a entrepris une écoute des « Grands Témoins » détenant des connaissances ou des expériences clés pour faire la lumière sur le contexte des violences au Mali. Il est une partie de la vérité et non la vérité elle-même de la CVJR. Ces écoutes ont touché 63 personnes à travers le Mali. Les témoins ont été choisis par la CVJR sur la base des critères préétablis et entendus sur les causes profondes auparavant identifiées, etc. Le rapport d’écoutes permet de compléter d’autres sources d’informations portant sur les causes des conflits ou des graves violations de droits humains commises au Mali et aide la commission à alimenter son rapport final. Pour le conférencier, la  CVJR est confrontée à plusieurs difficultés telles que l’insécurité récurrente dans les régions du nord et du centre du pays, l’impatience de certains déposants à connaitre le sort de leurs dossiers et les difficultés de compréhension du mandat de la CVJR. Dans les perspectives, la CVJR  souhaite continuer  la poursuite du déploiement  des équipes mobiles, la finalisation de la politique de réparation, la réalisation des audiences publiques et la poursuite des enquêtes de terrain. « Au regard de son large mandat et du temps relativement court pour l’exécution de celui-ci, l’Etat a modifié l’ordonnance créant la commission lui permettant de poursuivre ses activités jusqu’à Décembre 2021 La CVJR œuvre toujours pour faciliter l’avènement d’une paix durable au Mali, de la réconciliation et de l’unité nationale du pays », a précisé le conférencier Aliou Keita. Au cours de ces échanges, plusieurs questions ont été formulées par les participants pour plus de compréhension sur la CVJR et des réponses claires et précises ont été apportées par le conférencier. A rappeler que la CVJR a une approche « reconstructive » et non pénale de la justice. Ibrahim Sanogo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

https://talkasurvey.com https://arbysfeedbacksurvey.com https://chipotlefeedbackz.com https://feedkfcbacks.com https://ijacklistens.com https://lowessurveyz.com https://mybkexperiencex.com https://mycfavisites.com https://talktoihopz.com https://talktosonicz.com