L'actualités de chez nous

Politique Mali : Modibo Sidibé, un intègre mal inspiré

Modibo Sidibé est incontestablement un grand cadre du Mali. L’homme est réputé pour son intégrité et son intransigeance. Au cœur du pouvoir pendant deux décennies, l’homme aura refusé, la main tendue d’Ibrahim Boubacar Kéita.Son défaut, son manque de flexibilité, ce qui en politique, est mortel.Entretenant des relations difficiles avec Soumaïla Cissé, Modibo Sidibé est dans les profondeurs du classement du premier tour de la présidentielle du 29 juillet 2018, en marge du jeu politique malien.

La politique est faite de compromis et parfois de compromissions. C’est pourquoi elle convient à ceux qui savent être flexibles à souhait. On a vu des hommes et des femmes politiques revenir sur leurs déclarations, leurs alliances. Le dictionnaire définit le politique comme celui ou celle « qui fait preuve d’habileté et de calcul ». C’est tout le contraire de Modibo Sidibé.Ceux qui l’ont côtoyé le qualifient d’homme « impossible ». La faute à son intransigeance et son refus de tout compromis quand il s’agit de l’amener à des calculs politiques, qui tranchent d’avec son sens de l’éthique.
Or la morale politique, est très souventà l’opposé de la morale tout court. Le Général Charles De Gaulle n’a-t-il pas déclaré que : « La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts ». En politique, les alliances se font et se défont au gré des intérêts. Comment comprendre que Soumaïla Cissé s’allie à Ras Bath qui l’avait traité de tous les noms, si ce n’est par intérêt politique ? Soumaïla Cissé est prêt à tout, pour parvenir à ses objectifs. Comme l’a ditNicolas Machiavel dans son livre Le Prince,« la fin justifie les moyens ».
Les Forces Alternatives pour le Renouveau, FARE An Ka Wuli, le parti de Modibo Sidibé, avait obtenu 06 places de députés à l’Assemblée nationale du Mali. Tous l’ont abandonné. Les 05 premiers auraient été « achetés » par l’ADP Maliba de Aliou Diallo, pour plusieurs millions de FCFA dit-on. Et le dernier, Bakari Woyo, longtemps resté fidèle au parti et à Modibo Sidibé, a dû le quitter, sans doute le cœur brisé. La raison de ces départs, au-delà de l’aspect vénal, est que les députés craignaient pour leur réélection,au sein d’un parti paumé.
Un homme politique marginalisé
En effet, les FARE An Ka Wuli ont très peu de soutien financier, ou pas du tout.Il est évident qu’aucun riche ou hommed’affaires ne pariera un sou sur Modibo Sidibé, dont on dit qu’il reversait au Trésor public le reliquat de ses frais de missions, quand il était ministre puis Premier ministre. Et c’est très dommage car Modibo Sidibé est le genre d’homme dont le Mali a besoin, pour appliquer une politique de rigueur, pour remettre de l’ordre dans l’administration, les finances et tous les autres secteurs publics.
La preuve que Modibo Sidibé n’est pas un « homme politique » au sens classique du terme, c’est son refus catégorique d’accéder aux nombreuses sollicitations d’Ibrahim Boubacar Kéita, l’invitant à travailler avec lui. Fâché avec Soumaïla Cissé, intransigeant avec IBK et lâché parses principaux soutiens, dont deux de ses cousines (l’une tient Kati dans ses mains), Modibo Sidibé est un homme seul. Un gâchis, car il est rare de nos jours, de trouver des hommes politiques aussi intègres que lui. Le Président des FARE An Ka Wuli, serait très utile pour un Mali qui cherche sa voie.
Il aurait été bien inspiré d’entrer dans l’exercice du pouvoir, sans doute en tant que Premier ministre, pour tenter d’apporter, de l’intérieur, le changement qu’il juge indispensable pour relancer le Mali. Il aurait pu négocier sa possible participation au gouvernement, ce qui lui aurait permis de se positionner pour les futures échéances. Mais Modibo Sidibé est trop fier pour se compromettre. C’est peut-être là son défaut en politique. Il a peu de chance, si cela continue, d’accéder au Palais de Koulouba. Et c’est bien dommage…
Diala Thiény Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.