L'actualités de chez nous

Massacre de villageois peuls au Burkina: le président Kaboré entre apaisement et fermeté

Le Président du Faso a séjourné le samedi 05 janvier 2019 à Yirgou où 48 villageois peuls ont été massacrés par des groupes d’autodéfense, les Koglweogo. Les événements sont survenus après l’assassinat des 6 personnes dont le chef du village et son fils par des hommes armés. Pour la communauté mossi de la localité, les peuls seraient  de mèche avec lesdits terroristes. Rock Marc Christian Kaboré est allé lancer un appel au calme et présenter ses doléances aux parents des victimes.

 Visite des sites saccages, rencontres avec les différentes communautés et message télévisé à la nation dans la soirée, la journée de ce samedi 05 janvier 2019 a été très chargée pour le président du Faso. A Yirgou, lieu du drame, Roch Marc Christian Kaboré a lancé un appel à la paix et à l’unité des Burkinabè dans la lutte contre le terrorisme, après avoir visité un campement détruit.

Le président allie apaisement et fermeté 

« Rien, absolument rien ne peut justifier cette violence meurtrière, notre pire ennemi est le terrorisme. Il faut éviter l’amalgame et la stigmatisation » a martelé le président du Faso à ses interlocuteurs.
Roch Marc Christian Kaboré a déploré le bilan de cette crise qui a fait plusieurs morts et des déplacés, et a pris l’engagement que tout sera mis en œuvre pour regrouper tous ces déplacés à Barsalgho pour une meilleure prise en charge et une réinsertion dans leur milieu respectif.
« Je veux inviter tous les Burkinabè, sur l’ensemble du territoire, à travailler pour que de tels actes ne se reproduisent plus. Nous ne devons pas laisser les terroristes créer entre nous des crises communautaires. J’appelle tous les Burkinabè à rester unis, car c’est dans l’unité que nous aurons la victoire sur le terrorisme », a ajouté Roch Marc Christian Kaboré.

Du message télévisé

Dans la soirée, dans un message télévisé, le président du Faso a réitéré son appel au calme et à la fermeté : « Je condamne avec la dernière énergie ces tueries qui surviennent dans un contexte sécuritaire marqué par les attaques récurrentes de forces obscurantistes qui endeuillent nos paisibles populations et nos vaillantes Forces de Défense et de Sécurité (FDS). 

Rock Marc Christian Kaboré


Ce qui vient de se produire est grave et inacceptable
 ». Pour le chef de l’Etat burkinabè, ces tueries ne resteront pas impunies et la procédure judiciaire est déjà en marche : «  Les enquêtes en cours doivent nous permettre de situer toutes les responsabilités et d’en tirer les conséquences au plan judiciaire » a laissé entendre Rock Marc Christian Kaboré.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.