L'actualités de chez nous

Manouvres militaires : Moscou prépare « une guerre mondiale future »

Près de 300.000 hommes, toutes les composantes de l’armée, et des soldats chinois et mongoles en soutien, Moscou effectue depuis le mardi 11 septembre, une démonstration de force, avec des manœuvres militaires gigantesques. Il s’agit là, des plus vastes manœuvres militaires de l’histoire de la Russie depuis 1981, considérées par l’Otan comme la répétition d’un « conflit de grande ampleur ». Ces grandes manœuvres s’achèvent lundi prochain.

Ces exercices sont baptisés « Vostok-2018 » (Est-2018). Ils ont lieu en Sibérie orientale, et dans l’Extrême-Orient russe. Selon le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, le contingent attendu est le suivant : 300.000 soldats, 36.000 véhicules militaires, 1.000 avions et 80 navires.« Imaginez 36.000 engins militaires se déplaçant en même temps : des chars, des blindés de transport de troupes, des véhicules de combat d’infanterie. Et tout cela, bien sûr, dans des conditions aussi proches d’une situation de combat que possible. », ajoute le ministre Sergueï. Un expert militaire russe d’affirmer, qu’« il s’agit d’une préparation à une guerre mondiale future ». Pavel Felguengauer de développer :« L’état-major russe estime qu’elle se produira après 2020 : soit une guerre globale, soit une série de conflits régionaux d’ampleur. Et l’ennemi, ce sont les Etats-Unis et leurs alliés. »Selon lui, la participation de la Chine à ces exercices, bien que modeste avec 3.200 hommes, est un facteur clé.
Pour l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (Otan), Vostok-2018,« démontre que la Russie se focalise sur l’entraînement à un conflit de grande ampleur ». Dylan White, porte-parole de l’Alliance, d’ajouter que cela s’inscrit dans une tendance que nous voyons depuis un moment, une Russie plus sûre d’elle, qui augmente significativement son budget de défense et sa présence militaire.
Ces exercices militaires russes interviennent dans un contexte de tensions avec les Occidentaux, entre crise ukrainienne, conflit en Syrie et innombrables accusations d’ingérence dans la politique occidentale.Ces manœuvres se poursuivent jusqu’au 17 septembre prochain.
La Rédaction.
Source : L’Obs/AFP.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.