L'actualités de chez nous

Mamadou Sinsy Coulibaly, président du CNPM : « L’administration publique malienne est bourrée de fonctionnaires véreux »

Dans son combat implacable contre la corruption qui constitue un souci majeur dans notre pays, le président du Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), M. Mamadou Sinsy Coulibaly était face à la presse, ce jeudi 09 mai 2019, au sein de son organisation. Il était assisté par le président de la Plateforme contre la Corruption et le Chômage (PCC), Pr Clément Dembélé.

Le président du Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), Mamadou Sinsy Coulibaly, a rassuré les uns et les autres que la lutte contre la corruption n’a même pas commencé d’abord au Mali. « Ce combat, nous l’avons donné en héritage, sinon la jeunesse n’aura pas d’avenir », a précisé M. Coulibaly. Il estime que le fléau de la corruption tue l’économie, le développement économique de notre pays. Le premier responsable du CNPM trouve que  la corruption nourrit même le terrorisme. Il a laissé entendre qu’il faut instaurer la mobilité sociale.

Mamadou Sinsy Coulibaly a mis à profit cette occasion  pour inviter les maliens à ne pas individualiser le combat de la lutte contre la corruption. Au passage, il a fait cas de son duel avec le président de la Cour Suprême du Mali, M. NouhoumTapily, qui a pris fin suite à la médiation du Réseau des Communicateurs Traditionnels pour le Développement du Mali (RECOTRADE). À ses dires, c’est un combat contre un système et non un individu. Selon M. Coulibaly,  l’administration publique est bourrée de fonctionnaires véreux. Il a expliqué que ce sont les mêmes gens qui sont là depuis 1992.

Pour le président du CNPM, il faut être créatif et innovant dans la lutte contre la corruption car le Mali est entrain de sombrer. C’est pourquoi,  il est temps pour la jeunesse de se mettre ensemble et prendre son destin en main a-t-il adit avant d’ajouter que pour gagner ce combat, les Organisations de la Société Civile (OSC), les syndicats, les associations de femmes et de jeunes doivent se donner la main.

Pr Clément Dembélé a précisé que face à l’urgence et pour sauver le Mali, la Plateforme contre la Corruption et le Chômage (PCC) s’engage résolument dans la lutte contre la corruption sous toutes ses formes. Selon lui, leur plateforme mènera ce combat en synergie avec toutes les forces vives de la nation désireuses de constituer un rempart face à ce phénomène. Pr Dembélé a touché du doigt  la mise en place prochaine d’un RVC (Réseau de Veille Citoyenne) doté de réels moyens efficaces permettant de collecter des informations, de vérifier et de contrôler, de dénoncer, voire de porter des plaintes collectives contre les faits avérés de corruption et assimilés au Mali.

Abdoulaye TRAORE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.