L'actualités de chez nous

Mali, fronde à la Coalition des Forces Patriotiques (COFOP) : « Poulo » a-t-il réellement trahi ses camarades de la coalition ?

La signature de l’Accord Politique de Gouvernance, qui aura débouché sur la formation du nouveau gouvernement dirigé par Boubou Cissé par certains partis de la Coalition des Forces Patriotiques (COFOP), notamment la CODEM de Housseini Amion Guindo, est aujourd’hui la pomme de discorde qui donne l’impression que cette coalition, née dans les soubresauts de la prorogation du mandat des députés à l’Assemblée Nationale, est en passe d’imploser. Mais en réalité, est-ce vraiment le cas ? Décryptage.

Certains membres de la coalition, à savoir Dr Oumar Mariko du parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) et Général Moussa Sinko Coulibaly de la Plateforme pour le Changement, s’insurgent aujourd’hui contre cet état de fait. Si Moussa Sinko Coulibaly faitdans la manipulation à travers un communiqué au nom de sa plateforme, Oumar Mariko a préféré plutôt se retirer du regroupement pour s’assumer dans l’opposition radicale. Mais la question aujourd’hui est : « Poulo » a-t-il réellement trahi ses camarades de la COFOP ?

D’abord, Moussa Sinko Coulibaly trouve que « la logique financière a malheureusement poussé une partie de notre regroupement COFOP à renoncer à la lutte pour la bonne gouvernance en commettant l’imposture de signer l’accord au nom de tout le regroupement sans y être mandatée. Cette imposture ne va pas saper les efforts que les millions de Maliens font tous les jours pour obtenir le changement. La Plateforme Pour le Changement ne se reconnait pas dans cette signature et informe que ladite signature n’engage en aucune manière la plateforme… ».

Qui était donc habilité à être mandaté au nom de la COFOP, quand on sait que c’est le Président même de la coalition qui a signé l’accord au nom des signataires du regroupement ? N’est-ce pas que Moussa Sinko Coulibaly se plante sur ce point ? Quid donc de Oumar Mariko ?

Ce dernier trouve plutôt ambigüe le fait pour certains membres de la coalition de signer l’Accord Politique de Gouvernance pour la simple raison que « La COFOP s’est jusqu’ici réclamée de l’opposition, alors que  l’accord politique de gouvernance, en son article 18, exige de tout signataire un soutien politique aux actions du gouvernement. C’est un paradoxe pour nous. Puisqu’un tel accord enlève aux signataires toute qualité d’opposant. C’est pourquoi les délégués SADI à la COFOP ont régulièrement rejeté ledit accord et rendu compte au bureau politique qui les a mandatés… »

Pour être cohérent, le bureau politique SADI, en sa réunion extraordinaire du 11 mai 2019 à son siège, s’est démarqué de la signature de l’accord politique du 2 mai 2019, qui ne l’engage nullement… Par conséquent, le parti SADI réaffirme son appartenance totale à l’opposition politique, démocratique et populaire malienne, et lance un appel solennel à toutes les forces patriotiques qui ne se reconnaissent pas dans cet accord et qui ne soutiennent pas le gouvernement actuel à se joindre à lui et à s’engager résolument dans la lutte en vue de perspectives heureuses pour notre peuple… »

A la lumière de ces déclarations, il est aisé de voir que les « frondeurs » de la COFOP ne remettent nullement en cause cette coalition, mais se livrent plutôt à une guerre de réaffirmation de leur propre identité face à l’acte qui aura consisté pour certains membres du regroupement de signer l’Accord Politique de Gouvernance. Il ne pouvait en être autrement, car la vérité est que ni Oumar Mariko ni Moussa Sinko Coulibaly, bien que membres de la coalition, ne faisait plus beaucoup financièrement dans les activités de la COFOP.

C’était principalement Housseini Amion Guindo qui détenait les cordons de la bourse dans le regroupement, car c’est lui qui finançait les différentes activités. Or il est connu de tous que dans des situations pareilles, c’est bien celui qui finance les activités qui peut orienter les choses à sa guise. Point donc de trahison ! Heureusement que la thèse de trahison est plutôt du fait des commentaires de certains observateurs, et non des « frondeurs » dela COFOP, car ils savent ce qu’il en est exactement !

Le contraire les aurait plutôt vu exclure les signataires de l’Accord Politique de Gouvernance de la coalition, et non de s’y retirer ou se livrer à une guerre de réaffirmation de soi !

Adama Diallo

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.