L'actualités de chez nous

Libération d’otages au Burkina par l’armée française: le déroulé selon Paris

L’armée française est intervenue dans la nuit de jeudi à vendredi pour libérer les deux touristes français enlevés le 1er mai au Bénin. L’opération s’est déroulée au Nord Burkina où sévissent plusieurs groupes armés. Elle s’est soldée par la libération de 4 otages dont les deux touristes et par la mort de deux soldats français. L’armée française a donné quelques informations sur le déroulé de cette opération. 

Le chef d’état-major des Armées de la France, le Général d’armée François Lecointre, a expliqué vendredi des détails de l’opération militaire conjointe menée au nord Burkina dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 mai. Nous vous proposons in extenso ses explications sur France 24. Quatre otages dont deux enseignants français enlevés au Bénin ont été libérés au cours de cette opération.

« C’est une opération d’une grande complexité réglée comme de l’horlogerie extrêmement fine qui consiste par anticipation à mettre en place des moyens médicaux, de logistique, la mise en place d’hélicoptères permettant l’évacuation des effectifs et des otages une fois qu’ils ont été libérés, et puis une mise en place des commandos et l’infiltration de nuit jusqu’à arriver à proximité de l’objectif qui se retrouve sous forme d’un certain nombre d’abris, 4 abris. Ces objectifs sont en zone découverte où des forces spéciales se sont infiltrées en nuit noire sur 200 mètres dans un silence absolu, malgré une sentinelle qui veillait qui ne les a pas détectés » a t-il expliqué aux journalistes.

4 ravisseurs abattus lors des combats

« Les commandos pénètrent dans les abris sans ouvrir le feu et au moment où les commandos sont détectés ils sont à une dizaine de mètres des abris. Ils entendent alors le bruit des armes des ravisseurs à l’intérieur des abris, ils décident donc de monter à l’assaut des objectifs mais ils montent sans ouvrir le feu pour être certains de ne pas faire de pertes chez les otages ni de pertes chez d’éventuel civils ou membres des familles des terroristes qui sont dans le campement.

C’est lors de cette pénétration dans 2 de ces abris que les 2 commandos Marine ont été tués à très courte distance par deux des ravisseurs. Et les ravisseurs qui tentaient de s’évader ont été abattus. 4 des ravisseurs qui ont engagé le combat ont été tués » a ajouté le chef d’état-major des Armées de la France, le Général d’armée François Lecointre.

Les présidents Kaboré du Burkina et IBK du Mali ont envoyé des messages de condoléances au président Macron et au peuple français.

La Rédaction avec RFI et France24

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.