L'actualités de chez nous

Le Sahel constitue une priorité stratégique pour l’UE et ses États membres »: le Conseil adopte des conclusions

« Le Sahel constitue une priorité stratégique pour l’UE et ses États membres ».

Le 13 mai, le Conseil a examiné et adopté des conclusions sur le Sahel. Il y a rappelé que le Sahel constituait une priorité stratégique pour l’UE et ses États membres. Les différentes sessions et réunions prévues durant la semaine du 13 mai témoignent de ce sens des priorités et de l’approche intégrée adoptée par l’UE à l’égard de la région. Les ministres des affaires étrangères ont tenu un débat – qui devrait être axé sur les aspects liés à la sécurité – visant à définir le cadre politique, dans la perspective des échanges de vues auxquels procéderont les ministres des affaires étrangères et de la défense de l’UE le 14 mai avec leurs homologues des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger). Le jeudi 16 mai, les ministres de l’UE chargés du développement débattront de la manière de renforcer la relation à long terme de l’UE avec la région, ainsi que le soutien que l’UE apporte au Sahel.

Les conclusions rappellent que l’UE se tient aux côtés des autorités et des populations du Sahel, qui demeurent confrontées à des défis de diverse nature:

  • au niveau politique, avec en particulier de graves lacunes en matière de gouvernance, d’état de droit et de protection des droits de l’homme;
  • ii) sur le plan sécuritaire, en raison de l’expansion de la menace terroriste, de la violence extrémiste et de la criminalité organisée, y compris la traite des êtres humains, le changement climatique ayant un effet négatif sur les ressources naturelles et alimentant les conflits locaux;
  • en matière de développement, avec une pauvreté endémique, une forte croissance démographique et une faible cohésion socio économique;
  • ces éléments contribuent à l’aggravation de l’insécurité alimentaire, à l’augmentation de la pression migratoire et à la dégradation de la situation humanitaire.

C’est dans ce contexte que des conflits intercommunautaires ont connu une résurgence significative en quelques mois dans plusieurs pays de la région. Relever ces défis et répondre à ces lacunes relève avant tout de la responsabilité des États du Sahel. La communauté internationale les soutient dans les efforts qu’ils déploient.

Contexte

L’UE est attachée à la sécurité et au développement du Sahel et elle constitue le principal partenaire dans la région. Elle s’est dotée d’une approche complète intégrant dialogue politique et diplomatique, sécurité et stabilité, ainsi qu’aide au développement et soutien humanitaire.

Le dialogue politique et diplomatique s’articule autour du partenariat politique entre l’UE et le G5 Sahel, notamment les réunions ministérielles et la mise en œuvre de la stratégie de l’UE dans la région du Sahel, le plan d’action régional et le processus de paix au Mali. La haute représentante de l’UE organise régulièrement des réunions avec ses homologues du G5 Sahel pour réexaminer et renforcer la coopération et la coordination dans des domaines présentant un intérêt tels que le développement, la gouvernance et la sécurité. En outre, l’UE agit en qualité de garant du processus de paix au Mali.

L’UE soutient aussi la sécurité et la stabilité dans la région grâce à trois missions PSDC: l’EUCAP Sahel Mali, l’EUTM Mali et l’EUCAP Sahel Niger, avec une approche régionale renforcée. Les missions consistent notamment à former et conseiller ainsi qu’à soutenir directement les forces de sécurité, dans le but ultime de renforcer les différentes capacités nationales. En outre, l’UE et ses États membres contribuent à l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel par un financement de 147 millions d’euros, qui lui a déjà alloué.

L’aide totale apportée par l’UE et ses États membres aux pays du G5 Sahel dans le domaine de la coopération au développement s’élève à 8 milliards d’euros pour la période 2014-2020. L’UE apporte une assistance à long terme au Sahel, essentiellement par l’intermédiaire du Fonds fiduciaire de l’UE pour l’Afrique (via lequel 930 millions d’euros ont déjà été mobilisés) et du Fonds européen de développement, qui a alloué, pour la période 2014-2020, 628 millions d’euros pour le Burkina Faso, 542 millions d’euros pour le Tchad, 664 millions d’euros pour le Mali, 160 millions d’euros pour la Mauritanie et 686 millions d’euros pour le Niger. L’UE est aussi un donateur humanitaire majeur, plus de 250 millions d’euros ayant été alloués aux populations du G5 Sahel pendant les deux dernières années.

 

Source : l’Union Européenne

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.