L'actualités de chez nous

G5 Sahel : Les ministres de la Défense parlent sécurité le développement à Ouagadougou

La capitale burkinabè abrite depuis ce samedi 02 février, la réunion des ministres en charge de la défense du G5 Sahel. Ils sont réunis à Ouagadougou pour faire le point de la situation sécuritaire en général dans l’espace du G5 Sahel et apporter des contributions qui vont enrichir le sommet des Chefs d’Etat prévu le mardi 5 février 2019.

Prennent part à cette rencontre les ministres de la défense des 5 pays du G5 Sahel à savoir  le Burkina Faso, la République islamique de la Mauritanie, le Niger, le Tchad et le Mali.

A l’ouverture des travaux, tous les intervenants ont reconnu que l’année 2018 a été particulièrement difficile avec la recrudescence des attaques et l’évolution des groupes armés terroristes, toute chose qui entrave le développement des nations.  »Le développement et la sécurité de nos nations sont intimement liés et il ne peut y avoir de développement sans sécurité  » a laissé entendre le nouveau burkinabè de la défense, Moumina Chériff Sy.

Son collègue du Niger et président en exercice de la réunion des ministres en charge de la défense du G5 Sahel, Kalla Mautari fait quand à lui le constat que c’est depuis l’intervention internationale en Lybie et l’assassinat de Mouammar Kadhafi  que l’insécurité a pris de l’ampleur dans nos États. Toutefois, il reste confiant que la force du G5 Sahel pourra contribuer à anéantir les forces du mal :  »Je n’ai aucun doute. Notre force vient de commencer ses opérations, notre force vient d’acquérir les ressources nécessaires dont elle a besoin pour commencer son travail. Elle l’a commencé, je ne doute pas de l’efficacité de cette force pour venir à bout de cette petite horde, qui nous attaque, qui arrive à nous causer des soucis parce que simplement ce n’est pas une guerre classique, parce que c’est des lâches qui ont l’aspect de la population paisible et qui frappent pour se disperser » a t’il confié.

Les ministres des affaires étrangères se retrouvent également ce dimanche toujours à Ouagadougou pour amender les travaux des experts, lesquels travaux seront soumis pour adoption aux chefs d’Etat qui se réunissent mardi pour leur sommet.

 

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.