https://talkasurvey.com https://arbysfeedbacksurvey.com https://chipotlefeedbackz.com https://feedkfcbacks.com https://ijacklistens.com https://lowessurveyz.com https://mybkexperiencex.com https://mycfavisites.com https://talktoihopz.com https://talktosonicz.com

Débat politique : Entre passions et petites vérités – KITA KURU

L'actualités de chez nous

Débat politique : Entre passions et petites vérités

Le vendredi, 08 novembre 2019, la Radio Kledu a réuni autour de son animateur Kassim Traoré, quatre personnalités de la scène politique malienne et de la société civile. Il s’agissait de Abdel Kader Maïga, de la Coalition contre la partition du Mali, Ibou Sy, chroniqueur, Nouhoum Sarr, Président du parti FAD, et l’Honorable Karim Kéita, Président de la Commission Défense à l’Assemblée Nationale du Mali. Le débat qui avait pour thème : Mali quelle mobilisation face aux terroristes ? S’est vite transformé en un débat passionné où les invités ne se sont pas privés d’asséner certaines vérités contre Karim Kéita et le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita. L’intérêt de l’émission radiodiffusée est qu’elle était en bamanankan et a réuni de jeunes débateurs, ce qui explique les attaques souvent frontales qui n’avaient, parfois, que peu de rapport avec le thème proposé.

Ce n’est pas tous les jours qu’il y a, au Mali, des débats publics radiodiffusés où la parole est libérée pour analyser la situation de crise que le pays traverse depuis 2011. Le débat organisé le vendredi dernier par Radio Kledu en était un et portait sur le thème suivant : Mali quelle mobilisation face aux terroristes ? Si certains aspects du thème proposé ont été effectivement développés, le journaliste Kassim Traoré n’a pas toujours (ou a eu des difficultés à le faire) su canaliser les débateurs quand ils se sont donné à cœur joie à des digressions ou à des attaques personnelles. La jeunesse des intervenants pourrait expliquer (mais pas seulement) les attaques parfois frontales et personnelles, signes d’une certaine passion.

La question de la Loi de Programmation militaire et celle des avions cloués au sol n’a pas fait l’objet de nouveaux développements. En revanche, l’Honorable Karim Kéita s’est expliqué sur les difficultés qu’il y a à ramener les corps de soldats tués au front. Ce serait, essentiellement, un problème de conservation des corps qui conduit à l’inhumation sur place. En l’absence de morgue dans des régions de grandes variations de température, la conservation des corps est pratiquement impossible. Il faut souligner, comme l’a déclaré Me Mountaga Tall, que la plupart des camps militaires manquent d’eau et d’électricité. Cela rend difficile voire impossible la conservation au-delà de 24 heures des corps de soldats tués. Cependant, il appartient aux autorités de créer les conditions pour rendre possible le retour des soldats tués au front en sollicitant le concours de la MINUSMA et de Barkhane s’il le faut. Après tout les responsables politiques ne sont-ils pas convoyés au Centre et au Nord par ces forces à l’occasion de visites officielles ?

Si le chroniqueur Ibou Sy semblait jouer le modérateur, il est convaincu que le problème majeur de la crise malienne est la mauvaise Gouvernance. C’est pourquoi il soutient qu’il faut une coalition de toutes les forces patriotiques autour du pouvoir en place pour sortir le Mali de l’ornière. Notre confrère cependant dénonce les détournements massifs de deniers publics en toute impunité. Contrairement à cette voix de conciliation, de recherche pacifique de solutions, la conviction de Abdel Kader Maïga et de Nouhoum Sarr est que la solution de la crise malienne est la démission d’IBK pour la simple raison que le Président de la République aurait échoué au bout de six années d’exercice du pouvoir.Les attaques personnelles étaient telles que Karim Kéita a parfois pris le parti de son père de Président ce qui n’était ni le lieu ni son rôle.

Le débat de radio Kledu du vendredi, 08 novembre 2019, a donné l’occasion aux auditeurs de réaliser le fossé qui sépare les Maliens à travers les invités présents sur le plateau et les appels téléphoniques des auditeurs. Les Maliens sont aujourd’hui répartis en pro IBK et anti IBK avec des positions presqu’irréconciliables. L’émission de Kassim Traoré n’aura pas permis d’arriver à un consensus car chaque partie reste campée sur ses positions. Certes Karim Kéita, qui aura été patient malgré les attaques personnelles à son encontre, n’a jamais concédé les faiblesses dans la gestion de la crise malienne. Car il ne fait aucun doute qu’il y a défaillance quelque part soit au niveau de la hiérarchie militaire soit au niveau de la troupe soit au niveau du Chef suprême des Armées qui, malgré six ministres de la Défense et autant de chefs d’État-major en six année de pouvoir, ne semble pas avoir trouvé ne serait-ce qu’un début de solution à la crise sécuritaire au Mali. La grogne au sein de l’Armée devant tant de tueries est réelle comme l’est le désemparement des Maliens de façon générale. Et la solution n’est certainement pas dans l’appel au soulèvement populaire car nul ne sait ce que cela pourrait engendrer en termes de pertes en vies humaines et surtout de l’avènement d’une crise encore plus destructrice que celle que les Maliens vivent actuellement. Les Maliens doivent impérativement se retrouver, parler afin de donner une chance au Mali de se réveiller du long sommeil où il est plongé pour que ses enfants se remettent à espérer.

Diala Thiény Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

https://talkasurvey.com https://arbysfeedbacksurvey.com https://chipotlefeedbackz.com https://feedkfcbacks.com https://ijacklistens.com https://lowessurveyz.com https://mybkexperiencex.com https://mycfavisites.com https://talktoihopz.com https://talktosonicz.com