L'actualités de chez nous

Crise dans l’éducation nationale au Mali : Les syndicalistes s’inscrivent en faux contre les « allégations » des ministres

La crise au sein de l’éducation nationale a fait l’objet d’une conférence de presse ce mardi, 09 avril 2019, à la Maison de l’Enseignant. Elle était principalement animée par le porte-parole des Syndicats de l’Éducation Signataires du 15 octobre 2016, M. Adama Fomba.

A cette occasion, Adama Fomba a expliqué que présentement, les discussions sont bloquées au niveau de trois (3) points, qui sont : la prime de logement ; la relecture du Décret N°529/P-RM du 21 juin 2013, portant allocation d’indemnités au personnel chargé des examens et concours professionnels en ses articles 1,2 et 3 ; l’accès des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales aux services centraux de l’État.

Le conférencier a profité de cette occasion pour mettre l’accent sur l’interpellation du gouvernement à l’Assemblée Nationale le 04 avril 2019. Selon lui, lors de cette interpellation, le gouvernement était représenté par le ministre du Travail et de la Fonction Publique, chargé des Relations avec les Institutions, Mme Diarra Raky Talla, le ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé, le ministre de l’Éducation Nationale, Pr Abinou Témé. Il a remercié les députés pour leurs implications dans la résolution des problèmes de l’école et surtout de la pertinence des questions qu’ils ont posées.

Selon M. Fomba, il leur a été donné de constater avec amertume que plusieurs sottises ont été dites par ces ministres au nom du gouvernement lors de cette interpellation. Pire, des comparaisons faites par le ministre de l’Économie et des Finances en termes de salaire ne cadrent pas avec la réalité. « Nous ne nous mettons pas à leur niveau de bassesse mais nous tenons à souligner que les allégations de M. Boubou Cissé sont dénuées de vérités et rationalités. Il faut d’abord préciser que dans la grille annexée  à la loi N°2018-007 du 16 Janvier 2018, portant statut du personnel enseignant de l’Éducation secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Éducation Préscolaire et Spéciale, le plancher de la catégorie A est de 350 et non 380. Nous vous informons aussi que les sommes 280.000 F et 226.000 comme salaire brut d’un débutant annoncées par le fameux ministre de l’Économie et des Finances est une fabulation et est le signe d’un vol organisé », a précisé le porte- parole des Syndicats de l’Éducation Signataires du 15 octobre 2016, M. Adama Fomba. Il a précisé qu’ils informent l’opinion nationale et internationale que les syndicats signataires saisissent cette opportunité pour se donner tous les moyens nécessaires afin de réclamer la différence entre les salaires perçus et ceux annoncés par le ministre de l’Économie et des Finances. Aux dires du porte-parole des Syndicats de l’Éducation Signataires du 15 octobre 2016, au regard des différentes machinations des ministres, il est établi que le blocage incombe au gouvernement. Il pense que les différents actes posés sont de violations graves de tous les textes qui régissent l’exercice de droit de grève en République du Mali. C’est aussi une manifestation de la mauvaise foi de la part du gouvernement.

Faut-il le rappeler, ces syndicats organiseront une marche sur l’ensemble du territoire national ce jeudi, 11 Avril 2019.

Abdoulaye TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.