L'actualités de chez nous

CPI : Liberté conditionnelle pour Gbagbo et Blé Goudé

La Cour pénale internationale a décidé ce vendredi la libération sous conditions de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. L’ex-président ivoirien et son ministre ont été acquittés le 15 janvier de crimes contre l’humanité commis lors des violences post électorales de 2010-2011.

Cette décision de liberté conditionnelle a été prise à l’unanimité des cinq juges de la chambre. L’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devront aller dans un Etat qui accepte de les accueillir, précisent les juges, qui n’ont toutefois pas détaillé les conditions de cette remise en liberté.

La chambre d’appel demande par ailleurs au greffe de prendre le relais et de préparer le départ des deux personnes acquittées. A noter que la chambre pourrait réaménager les conditions de cette remise en liberté tous les six mois.

Où iront-ils aller ?

Pour l’ex chef d’Etat ivoirien, Bruxelles aurait déjà accepté de le recevoir car sa seconde épouse Nadi Bamba et son fils y résident déjà.

Quant à Charles Blé Goudé, il n y a pas de destination formelle mais des demandes auraient été formulées à l’attention de plusieurs pays européens. Quels sont ces pays ? Aucune réponse, la seule certitude, la France n’y figure pas compte tenu des positions de l’ex ministre sur l’ex puissance coloniale qu’il accuse d’être à la base des malheurs de son pays et de l’Afrique noire en général.

De la position de Fatou Bensouda

Dans un communiqué publié sur la page facebook de la CPI, la Procureur dit prendre acte de cette décision mais se réserve le droit d’interjeter appel. Voici la teneur du communiqué.

La Procureur de la CPI, Fatou Bensouda

Nous prenons acte de la décision de la Chambre d’appel. L’Accusation était disposée à accepter la mise en liberté sous certaines conditions. Il s’agit de veiller à ce que Messieurs Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé se représentent devant la Cour si leur procès devait se poursuivre.

L’Accusation peut toujours faire appel de la décision du 15 janvier d’acquitter Messieurs Gbagbo et Blé Goudé des graves accusations portées contre eux. À ce stade, l’équipe de l’Accusation attend toujours que les juges de la Chambre de première instance I communiquent leur décision écrite accompagnée des motifs juridiques justifiant leur décision d’acquittement. Ce n’est qu’après un examen et une analyse approfondis de ces motifs que mon Bureau va décider ou non d’interjeter appel.

 La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.