L'actualités de chez nous

CÔTE D’IVOIRE : Une autre branche du PDCI est née pour soutenir le RHDP

La crise latente entre deux importantes personnalités du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), à savoir  Henri Konan Bédié, président dudit parti et Daniel Kablan Duncan, vice-président de la République et vice-président du parti, a donné naissance à un nouveau mouvement dénommé PDCI-Renaissance. Il a été présenté le dimanche 23 décembre 2018 dernier par ses géniteurs.

Les relations entre Daniel Kablan Duncan et Henri Konan Bédié, se sont crispées ces derniers mois. Pour cause, en mars dernier, le soutien que Duncan a apporté à des députés issus du PDCI qui avaient souhaité créer un groupe parlementaire RHDP, contre l’autorisation formelle de Bédié, a été mal apprécié par celui-ci.

Cette palpable mésentente entre les deux hommes tourne, sans aucun doute, autour des enjeux de la présidentielle de 2020. Alors que Daniel Kablan Duncan, 75 ans, manœuvre pour porter les couleurs du RHDP pour le compte du PDCI, Henri Konan Bédié, 84 ans, affirme que le RHDP vise à faire mourir le PDCI. Il y’a quelques jours, lorsque Bédié a reçu Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale de Côte-d’Ivoire, et dont la position d’avec le RHDP reste à être clarifiée; il  a fait part à  ce dernier de son projet de plateforme politique pour 2020. Une attitude qui amène certains observateurs à soupçonner  « le sage de Daoukro » de vouloir se porter lui-même candidat ou de chercher à imposer l’un de ses proches.

Ainsi, le PDCI est divisé aujourd’hui en deux blocs. D’un côté, le groupe des militants favorables au RHDP, amenés par Duncan et qui se comptent prioritairement parmi les personnalités présentes au gouvernement ou dans d’autres  institutions de la République. De l’autre, les anti-RHDP, ceux qui soutiennent la thèse de Bédié. Lors de la cérémonie officielle de lancement du mouvement PDCI-Renaissance, les propos de Kablan Duncan ont clairement défini les tenants et les aboutissants de ce nouveau mouvement politique : « Nous devons surtout travailler, œuvrer sans relâche à l’indispensable réconciliation des enfants de Félix Houphouët  Boigny. Et cela sans découragement aucun (…) Aussi disons toutes et tous : Non à la rupture ! Oui aux retrouvailles rapides des enfants de FELIX HOUPHOUËT BOIGNY ! Oui à la paix ! Oui à la stabilité ! Oui au développement durable ! Oui à l’émergence ! Oui au Paradis  » avait laissé entendre le vice président ivoirien.

 RD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.