L'actualités de chez nous

Côte d’Ivoire : L’association internationale des femmes juges/magistrats en conclave

Abidjan a abrité du 4 au vendredi 7 juins 2019, la conférence régionale de la zone Afrique de l’Association internationale des femmes Juges/Magistrats (AIFJ/IAWJ). Placées sous le haut patronage du président de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, ces assises ont été organisées par l’AFEMCI (Association des femmes magistrats de Côte d’Ivoire), en collaboration avec l’IAWJ. Elles avaient pour thème : « Entraide, coopération judiciaire et solidarité entre femmes Magistrats/Juges pour l’application des instruments juridiques sous régionaux, régionaux et internationaux relatifs aux Droits Humains ».

 Avec de nombreux sous-thèmes se rapportant aux systèmes relatifs à la lutte contre le blanchiment d’argent et la corruption, les confiscations, les saisies et recouvrement des avoirs, les normes judiciaires et les indicateurs de performance, entre autres; cette rencontre a permis aux femmes magistrats et juges de la région de renforcer leurs capacités et leadership. «Elle constitue une opportunité d’échanges d’expériences et de plaidoyer pour une meilleure application du droit et une prise en compte des questions du genre dans le domaine de la justice », a indiqué Mme Attokpa Kouassi Emma, présidente de l’AFEMCI.

Il faut noter que ce rendez-vous d’Abidjan a réaffirmé la nécessité de créer une agence africaine des magistrats de liaison, en vue d’améliorer la coopération entre acteurs des services judiciaires et le traitement des procédures judiciaires.

Les recommandations de la rencontre ont été consignées dans un document qui sera distribué aux participantes. En outre, un réseau francophone de l’association des femmes magistrats a été mis en place.

Rappelons que l’Afemci a été créée le 7 mai 2016 à Bouaké. Ses objectifs généraux sont de contribuer à l’émergence d’un leadership féminin plus dynamique dans la Magistrature ; à l’éducation juridique des populations et particulièrement des couches les plus vulnérables ; la facilitation de l’accès à la justice des femmes et des populations vulnérables par des actions de sensibilisation et d’éducation aux droits et devoirs des citoyens et le soutien aux jeunes filles et spécialement aux étudiantes en droit pour assurer leur orientation vers la Magistrature et pour une relève féminine dans la profession. Cette association est composée de 60 membres sur les 180 femmes magistrats que compte la Côte d’Ivoire.

RD

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.