L'actualités de chez nous

Championnat national de football au Mali : Les raisons du blocage

Lors de la saison 2016-2017 le championnat national football n’est pas allé à son terme. La saison dernière (2017-2018) la compétition ne s’est pas disputée. Maintenant, tout porte à croire que le championnat ne sera pas joué cette saison.

Le vendredi 26 avril alors que le public sportif attendait le programme du championnat national, le Comité de normalisation (CONOR) de la Fédération malienne de football a sorti une circulaire invitant les présidents des clubs de première Division à une rencontre d’information, le jeudi 2 mai.

Plusieurs raisons expliquent le blocage du démarrage du championnat national. D’abord, le temps imparti. Les présidents clubs estiment que c’est impossible de disputer un championnat avec 23 clubs dans moins d’un mois. Le CONOR souhaite finir la compétition au plus tard le 31 mai pour respecter le délai de la CAF afin que les clubs maliens puissent participer aux compétitions africaines.

Fatoumata DAOU Guindo, Président du CONOR

Les responsables des clubs ont fait également des réserves sur le format de la compétition, l’organisation matérielle et technique. Les 23 clubs ont été répartis en trois poules dont les clubs vont s’affronter en aller simple avec un Carré d’AS à la fin. Une autre réserve présidents des clubs : la relégation. Dans le projet de règlement spécial du championnat national, le CONOR a proposé 8 relégations, sous réserve des clubs, le nombre de clubs relégué est venu à 5. Mais certains responsables de clubs estiment encore doit être réduit 3.

Un autre problème, plus sérieux. C’est le nerf de la guerre. Le sponsor officiel du championnat national est en recul. N’étant pas sûr que la compétition aura lieu, Orange-Mali souhaite que le CONOR préfinance le début de la compétition. La FIFA n’a pas réagi à la demande du CONOR. La FEMAFOOT a fait des pieds et des mains pour démarrer le championnat.

Selon nos informations, la présidente CONOR, Mme Daou Fatoumata Guindo a effectué un prêt bancaire. Les clubs devaient recevoir 5 millions de francs mais le CONOR a informé les clubs qu’ils recevront 3 millions francs CFA après la 1ère journée. C’est insuffisant pour certains clubs.

La décision finale du CONOR est attendue mais selon l’adage : A l’impossible, nul n’est tenu.

 

Drissa KEÏTA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.