L'actualités de chez nous

Burkina Faso : Majorité et opposition pour un retour des exilés politiques (Dialogue politique national)

Le dialogue politique national voulu par le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE a livré ses conclusions, ce lundi 22 juillet 2019. Les participants ont abouti à des positions consensuelles, des positions non consensuelles, à des recommandations et à une résolution. On retient par exemple la volonté de tous de voir le retour des exilés politiques dont l’ex-président Blaise Compaoré.

L’agenda de cette rencontre qui s’est tenue du 15 au 22 juillet 2019 a porté sur deux axes essentiels : Il s’agit du  Code électoral et les élections de 2020, avec comme sous points la relecture du Code électoral, le calendrier électoral, le vote des Burkinabè de l’Extérieur, la CENI… et de la situation nationale, avec comme sous points la situation sécuritaire, la réconciliation nationale, l’unité nationale, l’autorité de l’Etat, la cohésion sociale et le civisme, le dialogue social, la gestion du foncier, etc.

Au titre du Code électoral,

Les points consensuels ont porté sur la révision à minima du Code électoral avant les élections de 2020, la relecture intégrale du Code électoral après l’adoption de la nouvelle Constitution, etc.

Pour ce qui est du vote des Burkinabè de l’Extérieur, l’installation des bureaux de vote dans l’enceinte des Ambassades et Consulats généraux et en tout autre lieu en accord avec le pays hôte et la gestion du contentieux des listes électorales des Burkinabè de l’extérieur par le Tribunal administratif de Ouagadougou, après dépôt des recours à l’Ambassade ou au Consulat général de rattachement, ont été, entre autres les points consensuels.

Pour la CENI, les participants ont préconisé le principe de l’échelonnement des renouvellements des membres de la CENI aux 2/5 de chaque composante et la prise de dispositions règlementaires et financières nécessaires par le Gouvernement pour rendre la CENI opérationnelle…

A ce niveau, le seul point qui n’a pas fait l’objet de consensus concerne l’utilisation de la carte consulaire biométrique comme document électoral.

Au titre de la situation nationale,

Précisément sur la question sécuritaire, les participants ont recommandé, entre autres, de renforcer les capacités matérielles, financières et humaines des forces de défense et de sécurité et d’instaurer une contribution financière patriotique de toutes les composantes de la nation pour soutenir les efforts des forces de défense et de sécurité.

Sur la réconciliation nationale, les participants ont recommandé la poursuite de la démarche de réconciliation nationale fondée sur le triptyque Vérité – Justice – Réconciliation et l’élargissement des concertations sur la réconciliation nationale aux couches sociales du pays afin de prendre en compte le plus grand nombre d’opinions sur la question.
En ce qui concerne l’unité nationale, l’autorité de l’Etat, la cohésion sociale et le civisme, les participants ont recommandé d’identifier les difficultés qui entravent l’unité nationale, la cohésion sociale et le civisme, de mettre fin à toutes les formes de favoritisme et de clientélisme dans l’attribution des marchés publics et à la promotion des cadres selon leur appartenance politique.

Du retour des exilés politiques et de la santé du Général Bassolé,

Les participants ont adopté deux recommandations, l’une portant sur le retour des Burkinabè qui sont à l’extérieur pour des raisons politiques, et l’autre sur l’indemnisation des victimes des violences en politique.

L’Opposition politique a également fait un plaidoyer pour un traitement diligent de la question de santé du Général Djibril BASSOLET.

Pour le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, les conclusions de ce dialogue sont « l’expression de notre commune volonté de bâtir une nation unie, démocratique et prospère ».

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.