L'actualités de chez nous

Bras de fer entre les syndicats d’enseignants et le gouvernement malien : Les négociations de tous les dangers s’ouvrent ce vendredi

À l’appel  des Syndicats de l’Éducation Signataires du 15 octobre 2016, les enseignants ont marché ce jeudi, 11 avril 2019, sur l’ensemble du territoire national. Si les négociations entre les parties devraient avoir lieu ce jeudi, 11 avril 2019, elles ont finalement été reportées à ce vendredi, 12 avril 2019, à partir de 15 heures.

Depuis plusieurs mois, le bras de fer est tendu entre les Syndicats de l’Éducation Signataires du 15 octobre 2016 et le gouvernement. Toute chose qui fait planer le suspense sur l’année scolaire 2018-2019. Tous les ingrédients sont presque réunis pour que cette année scolaire soit blanche. C’est ce qui permet de comprendre que les négociations de ce vendredi, 12 avril 2019, sont des négociations de tous les dangers. Si elles échouent, l’année scolaire risque d’être blanche, car il y a déjà un préavis de grève de 23 jours des Syndicats de l’Éducation Signataires du 15 octobre 2016 sur la table du gouvernement qui doit débuter à partir du lundi 15 avril 2019.

Faut-il le rappeler,  les discussions sont bloquées au niveau de trois (3) points, qui sont : la prime de logement ; la relecture du Décret N°529/P-RM du 21 juin 2013, portant allocation d’indemnités au personnel chargé des examens et concours professionnels en ses articles 1,2 et 3 ; l’accès des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales aux services centraux de l’État.

Dans la lutte des Syndicats de l’Éducation Signataires du 15 octobre 2016, six points ont fait l’objet d’accord et un accord partiel. Il s’agit de : l’octroi d’une prime de documentation ; l’adoption immédiate du projet de décret portant plan de carrière du personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Éducation préscolaire et spéciale en Conseil des ministres ; la finalisation du processus de régularisation administrative et financière des sortants de l’ENSup (nouvelle formule) au même titre que ceux de I’ENI et IPR-IFRA (ainsi que toutes les grandes écoles: ENI, IPR-IFRA, ENETP, Conservatoire Balla Fasseké…) ; l’application effective et immédiate du Décret N°2016-0001/P-RM du 15 janvier 2016, fixant les conditions et les modalités d’octroi de l’indemnité de déplacement et de mission ; l’annulation des Décrets n° 2018-0800/P-RM du 19 octobre 2018, fixant les attributions spécifiques des membres du Gouvernement et n°2018-0801/P-RM du 19 octobre 2018, portant répartition des services publics entre la Primature et les départements ministériels ; l’intégration dans le corps des enseignants du personnel non enseignant en classe. L’accord partiel touche l’organisation sans délai de l’élection professionnelle du secteur de l’Education et la création des organes prévus par le décret N°2018-0067 P- RM du 26 janvier 2018, fixant les modalités d’application du statut du personnel enseignant de l’Enseignement Secondaire, de l’Enseignement Fondamental et de l’Education Préscolaire et Spéciale.

Les syndicalistes précisent qu’en guise de bonne foi, ils seront disposés à concéder le point 6, relatif à la relecture du Décret N°529/P-RM du 21 juin 2013, portant allocation d’indemnités au personnel chargé des examens et concours professionnels en ses articles 1, 2 et 3 si les deux  autres points sont satisfaits.

Abdoulaye TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.