L'actualités de chez nous

Attaque de Djibo au Burkina: Qu’est ce qui ne va pas

Le jeudi 18 octobre dans la nuit, des hommes armés ont attaqué la brigade territoriale de gendarmerie de la ville de Djibo. Pendant plusieurs heures, ils ont pilonné la gendarmerie et libérés une cinquantaine de présumés terroristes qui y étaient gardés. Ils ont aussi blessé grièvement un gendarme et fait de nombreux dégâts matériels.  Djibo en plus de la gendarmerie et de la police, abrite également un détachement militaire et surtout une unité du Groupement des Forces Anti Terroristes (GFAT). Malgré cette présence massive des forces de défense et de sécurité, les terroristes n’ont pas été inquiétés. A Djibo et partout ailleurs au Burkina, c’est l’incompréhension. La Voix de l’Amérique (VOA) a interrogé le maire de Djibo, Oumarou Dicko qui ne dit ne rien comprendre de cette situation qui frise le ridicule.

“Nous avons une force d’intervention anti-terroriste, nous avons aussi la police, mais malheureusement, il n’y a pas eu des renforts” (Oumarou Dicko)

Voici ce qu’il a dit à la Voix de l’Amérique.

« Les terroristes ont attaqué la ville aux environs de 21 heures. Ils ont contourné toutes les voies éclairées pour venir au niveau de la gendarmerie. Ils sont venus tirer une roquette sur le bâtiment avant de commencer à tirer avec les armes légères.”, a dit le maire.

La gendarmerie de Djibo est située en plein centre de la ville. “Peut-être à 500m du marché et il y a la résidence du haut-commissaire tout juste à côté. La résidence du préfet aussi”, précise t-il.

Il a expliqué qu’”ils sont arrivés sur des motos, environ une quarantaine. Et quand ils venaient, il y avait une seule moto qui avait ses phares allumés. Toutes les autres suivaient celle qui est devant et c’est elle seule qui avaient ses phares”.  “Ils ont ouvert les prisons pour sortir les prisonniers et après cela, ils les ont encore encadrés pour qu’ils sortent de la ville”, dit le Maire précisant qu’il n’y a pas eu de renfort pour aider la gendarmerie.

“Franchement dit, nous avons une force d’intervention anti-terroriste, nous avons aussi la police – Djibo c’est au centre de la province – les autres communes aussi ont des forces, mais malheureusement, il n’y a pas eu des renforts” a déploré le maire Dicko, interrogé par VOA Afrique.

« Il faut que nous aussi, on fasse une offensive » estime Oumarou Dicko. « Sinon s’ils avancent jusqu’à arriver comme ça, Djibo n’est pas très loin de Ouagadougou à 200km » prévient-il.

 

Source VOA

 

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.