L'actualités de chez nous

5e AG des Médiateurs de l’UEMOA: la médiation dans le système éducatif au scanner à Ouagadougou

Ouagadougou abrite du 1er au 4 octobre 2018, la 5e Assemblée générale de l’Association des médiateurs des pays membres de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine. C’est le Président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré qui a présidé l’ouverture des travaux de cette rencontre qui se tient cette année sous le thème : «Crises et dysfonctionnement des systèmes éducatifs dans l’espace UEMOA : Quel rôle des médiateurs institutionnels pour une solution durable ».

De leur contribution dans la gestion des crises qui secouent les systèmes éducatifs de l’espace UEMOA, les médiateurs en parlent depuis ce lundi à Ouagadougou. 4 jours durant, ils vont faire l’état des lieux de ces crises dans les systèmes éducatifs des pays membres de l’UEMOA, leurs causes et conséquences, et surtout comment en sortir. L’espace communautaire est marqué par des crises répétitives dans l’éducation, et les médiateurs au regard de la situation, veulent jouer pleinement leur rôle afin de sauver l’école et garantir un avenir radieux aux enfants, d’où le choix du thème : «Crises et dysfonctionnement des systèmes éducatifs dans l’espace UEMOA. Quel rôle des médiateurs institutionnels pour une solution durable ».

Alioun B. Cissé, président de l’AMP-UEMOA


C’est le président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré qui a ouvert les travaux de cette rencontre de Ouagadougou, signe de l’intérêt qu’il accorde au rôle dévolu au médiateur selon le Président de l’Association des Médiateurs des Pays membres de l’UEMOA (AMP-UEMOA).  Alioun Badara Cissé, par ailleurs médiateur de la République du Sénégal, a indiqué que la présente rencontre a lieu, grâce aux efforts du président Kaboré. « Vous avez compris le rôle du médiateur. Vous nous avez instrumentalisés dans le bon sens, sans le savoir » a-t-il souligné. Il s’est aussi appesanti sur le thème de cette 5e assemblée générale qui est selon lui d’une importance capitale, car a-t-il dit : « sans éducation, il n’y a pas de citoyen ».

Saran Sérémé, médiateur du Faso

A la tribune de cette cérémonie d’ouverture et embouchant la même trompette que le président de l’AMP-UEMOA, le Médiateur du Faso, Saran Séré/Sérémé a laissé entendre que le présent thème interpelle tout citoyen soucieux de l’avenir des enfants. Cependant, elle pointe un doigt accusateur sur le système éducatif de nos différents pays qui selon elle, n’aura pas joué son rôle moteur de développement en Afrique, au regard des crises qui émaillent le système éducatif, à savoir la violence, les grèves à répétitions.  Les médiateurs présents à Ouagadougou, ont condamné les attaques terroristes qui frappent le Burkina Faso. Cette assemblée générale s’achève jeudi prochain.

 

La Rédaction

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.